Le 15 janvier, déménagement de « La Fontaine » à Saint-Leu et destination Les résidences Vert Lagon au dessus de la Saline les Bains. L’occasion pour moi de faire le bilan des hétérocères rencontrés à la maison depuis notre arrivée sur l’île.

                           19 juin 2011 (1)                            19 juin 2011

A la maison, au moins 76 espèces d’hétérocères se sont présentées lors des chasses ou sur les murs.

                                                   Chasse avec Camille (1)

Certains genres de papillons sont difficiles, voir impossibles à différentier sur photo. 38 photos n'ont même pas trouvé de nom de genre. Cela peut s'expliquer de plusieurs manières. Les papillons sont parfois trop usés pour être reconnus ou n'ont pas pu être pris en photo de manière à pouvoir être identifiés. On peut se retrouver bloqués par les variations de motifs ou de coloris des espèces. La bibliographie ne suffit pas toujours. Enfin, et c'est peu probable, nous sommes face à une espèce non répertoriée sur l'île.

Si je dis que cette dernière option est peu probable, c'est qu'un travail gigantesque a déjà été fait pas Mr Guillermet. Il me faut maintenant compléter le très bon livre que j'utilise par les tomes de Mr Guillermet.

D'ailleurs, mon travail recèle peut-être des erreurs et je ne cache pas mes doutes pour certaines espèces. Mr Guillermet a validé la plus grande partie de mes déterminations par l’intermédiaire d’un message que voici :

« Bonjour, Marc Salamolard (chargé de mission faune du Parc National) m'a fait parvenir un double de votre courrier de recherche de travail. Je viens de regarder vos Lépidoptères. Vos déterminations sont bonnes. Toutes ces espèces, ou presque, sont à vaste répartition géographique et très communes dans l'île. Avec mon 4ème volume qui vient d'être publié et que vous pouvez vous procurer auprès de l'association ndp.reunion@wanadoo.fr pour la modique somme de 30 Euros, vous pourrez compléter la détermination de la plupart de vos espèces.

Mais je ne saurais trop vous conseiller de faire l'étude des structures génitales car trop de mauvaises déterminations sont faites et publiées sans ce travail préalable. Ceci, tout particulièrement pour les Tineidae appartenant au genre Opogona.

Cordialement.

Christian Guillermet. »

Les données rajoutées après ce message sont donc à prendre avec précaution.

Vous pouvez retrouver fiches et photos des papillons de jour et de nuit sur mon autre blog "Lépidoptères de La Réunion".

Critiques et avis seront comme pour ce blog, sont attendus avec intérêt.